Label reggae indépendant - Reggae - Roots - Folk acoustique jamaïcain - Reggae Worldwide
Label indépendant      
 ACTUALITES   |   CD & VINYLES   |   MAKASOUND   |   INNA DE YARD   |   BLACK EYE   |   MAKAFRESH   |   BOOKING   |   CONTACT   |   LIENS 
ARTISTES
 Merger
 The Rastafarians
 Mikey Ras Starr
 Black Roots 2
 The Slickers
 Rub A Dub Soldiers
 Alton Ellis
 Leroy Smart
 Leroy Brown
 Carl Harvey
 A place called Jamaica
 Black Roots
 Winston Mc Anuff
 The Mighty Three's
 Delroy Williams
  The Meditations
 Hugh Mundell
 Knowledge

MAKASOUND CD > THE MEDITATIONS

Album Présentation The Meditations  

Présentation The Meditations
 

Trois voix ensoleillées et des mélodies étoilées donnent toute sa magie au groupe "The Meditations".

Formé fin 1974, ce trio choisit son nom en novembre 1976, à la veille de la sortie de son plus grand tube "Woman is Like a Shadow", qui s'est vendu à plus de 45 000 exemplaires le mois de sa sortie. Le leader Ansel Cridland se rappelle : "Danny est venu me voir quelques jours avant que JoJo Hookim (de Channel One) ne presse "Woman is Like a Shadow", et il m'a dit : "Pourquoi ne pas nous appelez les Meditations ?". C'était fait ! Nous sommes donc allés trouver JoJo pour lui demander d'inscrire ce nom sur le macaron du single. C'est à ce moment précis que le groupe est né".

 

Leurs précédents singles étaient juste signés de leurs noms respectifs : Danny Clarke ou Ansel Cridland & The Meditations. Si Winston Watson, le troisième membre du groupe, a commencé sa carrière de chanteur avec les Meditations, Ansel Cridland et Danny Clarke ont, quant à eux, débuté dès la fin des années 60, l'un au sein des Linkers et l'autre au sein des Righteous Flames (les chœurs d'Alton Ellis dont Winston Jarrett faisait partie).

Avec ses Linkers, Ansel enregistre des morceaux comme "Nyah Man story" (réenregistré avec les Meditations pour le deuxième album "Wake Up"), "Bongo Man", "I Want Love Forever" ou "Send Bway a School". Mais l'aventure ne dure pas et le groupe se sépare brusquement en 1972. Déçu, Ansel décide d'attaquer une carrière solo. Cependant, il hésite encore à envisager une nouvelle formation quand, peu de temps après la fin des Linkers, il rencontre Winston Watson qui vit comme lui dans le ghetto de Majestic Garden, Kingston 11 : "Un de ses amis me l'a présenté comme un chanteur qui voulait être guidé, pris en main. Il avait une voix originale, mais je n'avais ni le temps ni l'envie de le former". Cette première prise de contact ne va pas plus loin. Mais son amour pour les harmonies vocales poussera finalement Ansel sur la voie des Meditations.

Quelques mois plus tard, fin 73, Ansel fait la connaissance de Danny : "Il (Danny) n'était pas du quartier, mais il y passait régulièrement. Un jour nous avons eu le temps de discuter et nous avons commencé à travailler ensemble. Il m'accompagnait à la guitare tout en m'apprenant chaque jour à jouer de nouveaux accords. Nous reprenions pas mal de morceaux des Wailers ou des Paragons autant que ceux des Temptations ou de Curtis Mayfield. Nous composions aussi. Un jour que nous allions en studio pour auditionner " Woman is Like a Shadow " (enregistré en 74 mais paru en 76), nous avions rendez-vous avec un ami de Danny, Winston Heywood, qui devait nous aider pour les harmonies (Danny travaillait alors, avec deux choristes, sous le nom de Danny Clarke & The Meditations. Ndla) mais il n'est jamais venu. Au moment où nous allions partir, Winston Watson a surgi de nulle part. Nous l'avons fait chanter. J'ai adoré son chant de " shaaadooow ". Il sonnait comme Bunny Wailer. Il faisait maintenant partie du groupe ". Ainsi naquirent les Meditations...

 

Les Meditations font donc partie de cette grande famille du reggae que sont les trios vocaux, aux côtés de groupes comme les Wailers, les Melodians, les Gladiators, Israel Vibration ou encore les Abyssinians. Le trio fonctionne sur l'idée généreuse du partage des leads vocaux et sa force lui a permis d'être l'un des rare à perdurer jusqu'à aujourd'hui. Le groupe est très célèbre dans les Caraïbes, en Amérique du Nord et en Angleterre mais reste pourtant peu connu en France. La raison en est certainement que la route des Meditations n'a pas croisé celle des majors de l'industrie musicale européenne dans les années 70.

Pour bien démarrer cette nouvelle année, Makasound a décidé de vous offrir l'un des meilleurs albums de ce trio : "Guidance". Il y a 25 ans, cet album rare n'est pas passé loin de sortir chez Island Records. C'était en 1978. A cette époque, les Meditations sont déjà connus en Jamaïque et en Angleterre, et ils composent régulièrement des harmonies pour Lee Scratch Perry au Black Ark, son studio. Le trio est très demandé pour concocter des chœurs et des arrangements vocaux que l'on dit extraordinaires. On peut retrouver leurs voix sur de nombreux chefs d'œuvre tels que le "Heart of the Congos" de Cedric Myton et Congo "Ashanty" Roy, le "Police & Thieves" de Junior Murvin, ou encore le fumeux "Roast Fish & Cornbread" de Scratch lui-même. Leurs voix accompagnent aussi Gregory Isaacs sur "Mr. Cop" et Prince Jazzbo sur son album "Ital Corner". En dehors du Black Ark, les Meditations ont également enregistré avec Jimmy Cliff, sur ses tubes "Bongo Man a Come" et "Youths them a Bawl", et pour d'autres encore. Mais l'histoire a surtout retenu Bob Marley… Car à la fin des années 70, les Meditations sont très proches de Marley. C'est par l'intermédiaire de Lee Perry et du Black Ark que le groupe fait la connaissance du roi Marley. Ansel Cridland connaît depuis longtemps les Wailers puisque dix ans auparavant, il a déjà enregistré au sein des Linkers avec les frères Barrett (la section rythmique basse-batterie des futurs Wailers), dont la formation instrumentale s'appelait alors The Hippy Boys. Mais l'occasion de travailler avec Marley finit par se présenter à son retour d'Angleterre (où il était parti en exil suite à la tentative d'assassinat à Kingston). Lorsque Lee Scratch Perry reçoit des bandes de Marley, et notamment celles de "Punky Reggae Party", pour les mixer et y ajouter des chœurs, il se tourne tout naturellement vers les Meditations. Dès son arrivée en Jamaïque, Bob Marley s'empresse de l'interroger : "Qui sont ces types qui sonnent comme les Wailers ?!". C'est ainsi qu'il les rencontre et leur propose d'assurer les harmonies vocales sur les morceaux "Blackman Redemption" et "Rastaman Live Up". Il demande aussi au groupe d'ouvrir le mythique One Love Peace Concert de 1978. Enfin, il présente Ansel Cridland à Chris Blackwell, qui l'amène jusqu'à New York pour signer le contrat de "Guidance", un album qui intéresse par ailleurs United Artists. Mais suite à une confusion entre livres et dollars au moment de la signature (alors que Blackwell est déjà reparti en Jamaïque), le contrat ne verra jamais le jour... C'est finalement le label new-yorkais TAD's (de Tad Dawkin) qui exploite un temps l'album, mais d'une manière qui déplaît tellement au groupe que ce dernier le fait interdire. En Jamaïque, il sort sur Gorgon Records. Cet album rare fut donc très faiblement diffusé et jamais réédité... jusqu'à aujourd'hui.

 

Nous avons choisi de compléter "Guidance", originellement composé de neuf titres, par d'autres morceaux du groupe. Le magnifique " Justice ", qui ouvre le disque, est un morceau rarissime, qui aurait parfaitement trouvé sa place dans l'édition originale de l'album. Les quatre autres chansons sont tirées du premier album, "Message from The Meditations", paru aux Etats-Unis sur United Artists, avant d'être édité en Jamaïque sur Wild Flower (A Dunkey Production), en 1977. Il s'agit des morceaux "Rome", "Changing of the time", " Woman Piabba" et "There Must Be a First Time". Pour la plupart méconnus du grand public, les quatorze morceaux rassemblés sur ce nouveau " Guidance " comptent parmi les meilleurs crus produits par ce trio dont vous saurez apprécier l'immense talent, tant pour les compositions que pour les textes et les arrangements.

Le trio signe dès le début des années 80 d'incontournables albums de Rub-A-Dub pour les producteurs maîtres en la matière, Linval Thompson et Henry "Junjo" Lawes. En 1982, le très créatif Lloyd Bullwackie, du studio new-yorkais Wackie's, réalise avec eux l'album " I Love Jah ", à une période où le gruope gravite plus autour de la mégalopole américaine que dans son île natale. Ses membres vivent aujourd'hui tous les trois au Etats-Unis : Danny à Phoenix, Winston à Seattle, et Ansel à New York. C'est toujours dans cette ville qu'ils se rassemblent à l'occasion des répétitions qui précèdent leurs fréquentes tournées nord américaines ou pour enregistrer des morceaux (leur avant-dernier album " Ghetto Knowledge " est paru sur Easystar il y a quatre ans). Leur dernier album, " Stand in Love ", est distribué en France par 2Good depuis novembre 2004. Ils ne s'étaient pas produits en Europe depuis le milieu des années 80 jusqu'à ce que la commune de dans le sud de la France, ne les invite pour un concert unique en mai 2004. Ils ont depuis été programmés aux Zicalises, en mai 2005.

2005 s'annonce comme l'année des Meditations. Watch it !


 The Meditations
Guidance
All tracks written, arranged and performed by the Meditations between 1975 & 1978

 

Alton Ellis - Black Roots - Bunny Lee's Productions - Carl Harvey - Delroy Williams - Derrick Harriott's Productions - Leroy Smart - Merger - Mikey Ras Starr - Rub A Dub Soldiers
The Meditations - The Rastafarians - Winston Mc Anuff - Earl Chinna Smith - Junior Murvin - Kiddus I - The Viceroys - Adama Yalomba - Boban I Marko Markovic Orkestar
Curumin - JAVA - La Caravane Passe - Lek Sen - R.Wan - Sig - Sig & Chris Hayward - Sig & Erik Truffaz - Sig, Kus & Stalk
Winston McAnuff - Winston McAnuff & The Bazbaz Orchestra - Bishob meets Manjul - Clive Hunt - Doniki - Faya Horns meet Mad Professor and Joe Ariwa - FC Apatride Utd - Kiddus I - Linval Thompson
Mato présente - Mato présente - Natasja - Niominka BI and N'Diaxas Band - Omar Perry - Takana Zion - Tu Shung Peng - Winston McAnuff - 


www.makasound.com - www.innadeyard.com - www.adrop-album.com - www.parisrockin.com - www.radiocortex.com - Chapa Blues Records : www.chapablues.com
(p) & © Makasound [ 2004 - 2010 ] - Soundicate, 83 rue de Reuilly, 75012 Paris, France - tél : +33 1 48 05 93 36
Soundicate SARL - SIRET : 428 783 575 000 31 - code APE : 221G - TVA intracommunautaire : FR 784 287 83 575
Création site Internet : Modulo+   

Paiement sécurisé                       Télécharger Quick Time 7        Télécharger Plugin Flash